La composition


Vous commencer à bien maîtriser votre instrument, vous avez déjà interpreté quelques morceaux et vous aimeriez composer vos propres chansons. Ce module est pour vous.

Il existe de nombreuses gammes et modes, les possibilités dans le domaine de la compositions sont infinies. Nous n'allons parler ici que de la musique moderne occidentale. Je dis « occidentale » par opposition aux musiques arabes ou asiatiques qui utilisent d'autres intervalles que ceux dont nous avons déjà parlé.

La théorie des trois accords

Si vous enchaînez différents accords pris au hasard, vous remarquerez que certains sonnent mieux entre eux que d'autres. Les accords qui sonneront toujours parfaitement entre eux quel que soit l'ordre dans lequel ont les joue sont les accords primaires. Il en existe trois dans chaque tonalité.
Prenons la gamme de Do majeur qui ne contient aucune altération (dièse ou bémol), elle est composée des notes :
Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si et Do

Les accords primaires sont ceux dont la fondamentale est la 1°, la 4° et la 5° note de la gamme ; on les nomme respectivement tonique (qui donne le ton du morceau), sous-dominant et dominant. Dans ce cas précis, il s'agit de Do majeur, Fa majeur et Sol majeur.
Pour l'instant, nous ne parlons que de gamme majeure mais cette théorie est valable pour toutes gammes comportant 7 notes ainsi que tous les modes.
 

Progressions d'accords

Une progression d'accords et la liste des accords qui composent l'harmonie d'un morceau.
Pour illustrer notre propos, nous allons prendre la gamme de La et voir les différentes progressions d'accords pour la gamme majeure et les trois gammes mineures.
Habituellement on nomme les différents accords d'une progression par la position de leur fondamentale dans la gamme ; on utilise pour cela des chiffres romains.

I pour le tonique
IV pour le sous-dominant et
V pour le dominant.
 
 

Tonalité I IV V
La Majeur
La
Mi
La mineur harmonique
Lam
Rém
Mi
La mineur mélodique
Lam
Mi

Je n'ai pas mis dans ce tableau la progression pour la tonalité de La mineur naturelle dans lequel tous les accords sont mineur, ce qui peut surprendre à l'écoute. Cela correspond au mode Aeolien.
Donc, mis à part ce cas particulier parce qu'il correspond plutôt à un mode qu'à une gamme, On peut voir que le tonique et le sous-dominant peuvent être maleur ou mineur mais que le dominant est toujours majeur. Chaque accord peut être enrichi, généralement par une septième.

Mettons cela en pratique

Pour cela, nous allons étudier une séquence de blues à douze mesures en La. Le blues et le Rock'n'roll ainsi que toutes les musiques qui en découlent utilisent la théorie des trois accords.
Dans le tableau qui suit, chaque case représente une mesure. La mesure utilisée est le 4/4 (4 temps par mesure)
 
La
La
La
La
La
La
Mi
La
Mi

Avec des septièmes (celles entre parenthèses sont optionnelles)
La
La
La
La7
La
La(7)
Mi7
Ré(7)
La(7)
Mi7

On peut citer en exemple "Blowing in the wind"("Ecoute dans le vent") de Bob Dylan ou "La Bamba" qui utilisent une progression d'accords en Do majeur.

Et les autres accords, alors ?

Bien sûr, on peut ajouter à une progression de trois accords primaires, les accords secondaires qui sont fondés sur les 2°, 3° et 6° notes de la gamme. Théoriquement, se sont tous des accords mineurs mais il peuvent être majeurs dans certain cas. L'accord fondé sur la septième note est rarement utilisé ; il s'agit d'un accord diminué.
Les accords secondaires, comme les primaires, ont un nom. Voyons l'ensemble de ces nom set à quel accord ils correspondent dans une gamme de Do majeur.
 
I Tonique (fondamental) Do
II Sous-médiant ou sus-tonique Rém
III Médiant Mim
IV Sous-dominant Fa
V Dominant Sol
VI Sus-dominant ou relatif mineur Lam
VIII Septième ou sensible Sidim
I Tonique (octave) Do

L'accord VI est appelé relatif mineur. Chaque accord majeur à un relatif mineur (et inversement), nous avons pu le voir pour les gammes. La gamme de Lam est la relative mineure de la gamme de Do majeur ; elles ont la même armure (dièses ou bémols à la clé).

Voici quelques progressions en Do utilisant les accords secondaires :
 
I VI IV V
Do Lam Fa Sol

 
I VI II V
Do Lam Rém Sol

 
I III VI V
Do Mim Lam    Sol 

Jouez ces progressions en boucle avec le battement ou l'arpège que vous voulez et en gardant la même duréee pour chaque accord.

Voilà, nous en avons fini avec la théorie. C'est à vous de jouer maintenant. Evidemment, il ne s'agit là que des bases de la composition. Pour trouver des idées, il faut en quelque sorte s'amuser à faire tourner des accords, trouver une progression qui sonne bien, éventuellement, modifier quelques accords.
Vous pouvez partir d'une progression primaire en accords majeurs modifier un ou deux accords en les remplaçant par leur relatif mineur.
Vous ne les connaissez pas ? Mais si. Prennez votre tableau des intervalles. Nous venons de voir que le relatif mineur d'un accord majeur est celui fondé sur la sixième note de la gamme ; dans le tableau des intervalles, il s'agit de la sixte.
Par exemple, vous cherchez le relatif mineur de Fa majeur : dans la colonne fondamentale, prennez la ligne du Fa (F) et parcourrez la ligne jusqu'à la colonne Sixte, vous trouvez un Ré (D).
Le relatif mineur de Fa majeur est Ré mineur.

L'inverse est valable aussi, vous avez un accord mineur ; disons Do#m. Quel est sont relatif majeur ?
On cherche le Do# (C#) dans la colonne sixte et on se rend au début de la ligne, dans la colonne fondamentale. On trouve Mi (E).
Le relatif majeur de Do#m et Mi majeur.
Essayez cela pour toutes les tonalités, essayez de vous en souvenir, c'est très utile quand on a trouvé une progression qui sonne bien mais qui pourrait être mieux.

Ecoutez ce qu'on composé les autres. A ce sujet, vous trouverez bientôt une mine d'informations grace aux progressions d'accords de chanson connues. Qui sera en perpétuelle évolution (si on ne me fait pas d'histoire avec les droits d'auteur), en suivant ce lien.
Pour terminer, je dirais qu'il n'y a pas de secret, qu'il n'y pas de loi précise en matière de composition. Tous les musiciens à travers les ages ont su nous montrer qu'on peut toujours quelque chose de nouveau et que le manuel du parfait compositeur est encore loin d'être bouclé.


retour au sommaire